Que ce soit pour rendre la ville plus agréable, ou pour favoriser la « mobilité durable », de plus en plus de collectivités encouragent le développement des zones piétonnes. Strasbourg a son plan piétons, Nantes a développé une réflexion globale sur l’accès au centre-ville, Perpignan est en train d’élargir sa zone piétonne : les exemples sont nombreux. Et la « piétonnisation » peut n’être que temporaire, comme pour l’avenue centrale de Villeurbanne, fermée à la circulation les samedis.
Le temps d’un article, arrêtons-nous sur une action qui a eu lieu récemment à Lyon.

Retour sur une initiative citoyenne en centre-ville

L’initiative ne vient pas d’une collectivité, mais d’une association : la Jeune Chambre Economique. Le projet, Lyon en Marche, a permis de rendre piéton pendant deux samedis consécutifs (les 6 et 13 avril) tout un quartier du 1er arrondissement de la capitale des gaules.
L’événement, labellisé Semaine du Développement Durable, avait plusieurs objectifs :
– faire (re)découvrir un quartier apaisé sans voiture : on a vu des enfants jouer dans les rues, des cyclistes, et de nombreux flâneurs ;
– mettre en valeur les commerçants de ce quartier, en leur proposant de s’étendre sur la rue : plusieurs terrasses ont vu ainsi le jour avant la période officielle (mai), et des ateliers et animations ponctuaient les rues ;
– sensibiliser à l’éco-mobilité avec des essais de véhicules électriques de toute sorte, et des explications sur le co-voiturage ou les vélo’v.

057_1

Vue de la rue Paul Chenavard pendant l’évènement

Si la première journée a vu une fréquentation forte surtout dans l’après-midi, le deuxième samedi, très ensoleillé, a donné des airs de vacances au quartier, avec les terrasses, les braderies et même quelques petits concerts.

Commerces et rues piétonnes : ça marche ?

Ce type d’initiative, liant commerces et absence des voitures, pose néanmoins la question suivante : la vie commerçante est-elle réellement favorisée par la piétonnisation ?
Il semblerait que oui, d’après cet ouvrage du Certu. Ce livre explique que les populations urbaines valorisent le fait de pouvoir faire leurs courses dans des endroits agréables, même s’il faut garer la voiture un peu plus loin. Il attire néanmoins l’attention sur la nécessité de bien préparer la piétonnisation d’une rue, et d’en anticiper les conséquences probables.
L’interdiction de circulation automobile semble en effet impacter les commerces, comme le signale cet article de blog. Les comportements des piétons (et autres usagers des modes de déplacement « actifs ») et des automobilistes sont sensiblement différents : les premiers viennent moins fréquemment et dépensent plus, et les seconds sont plus fidèles mais dépensent moins. Du coup certains commerces peuvent être moins adaptés aux rues piétonnes.

Conclusion : un test grandeur nature

Le principe de Lyon en Marche est de constituer une expérimentation. Le constat de départ était le manque de rues piétonnes à Lyon et une visibilité insuffisante des commerces. L’idée était donc de créer pendant deux jours une sorte de « centre commercial à ciel ouvert ».
Ce test fera l’objet d’un bilan d’ici le mois de juin : restez connecté à Lyon en Marche sur Facebook ou sur le site de l’action pour en savoir plus prochainement…