Auteur : twiny

Élémentaire, mon cher Guignol !

Le polar est un genre littéraire très lié à la ville. C’est une affirmation que l’on a beaucoup entendu le week-end dernier (du 30 mars au 1er avril) à Quai du Polar, le salon du livre policier de Lyon. Voyons si cela se vérifie, en revenant sur cet événement. Une nouvelle façon de découvrir la ville Crimes et autres faits divers marquent souvent les cités. C’est ce dont on pouvait se rendre compte grâce à la visite sur mesure proposée par l’Office de Tourisme de Lyon. L’arrestation des Templiers, l’assassinat du Président Sadi Carnot… ces événements noirs de l’histoire...

Read More

Libérez les données !

Vous connaissez sans doute Wikipedia, l’encyclopédie libre. Son principe est de partager gratuitement (et sans publicité) les connaissances de tout un tas de contributeurs, créant ainsi une communauté qui diffuse son savoir à tous. Il existe un mouvement identique en ce qui concerne les données publiques (statistiques, géographiques, réglementaires…) : il s’agit de l’Opendata. Quelques exemples Le site Opendata de la Ville de Paris fournit des informations sur plusieurs thèmes : urbanisme, environnement, déplacements, services, etc. On y trouvera par exemple des données sur l’éclairage public, le cadastre… Si vous voulez connaître les jardins partagés près de chez vous, vous pouvez télécharger le fichier (au format Excel ou OpenOffice) avec l’adresse des jardins et les coordonnées de l’association gestionnaire. D’autres villes ou agglomérations proposent ce service : à Rennes Métropole la démarche se veut collaborative, avec la possibilité de rentrer des données, et un recensement des applications utilisant ce service. Le site de la Communauté urbaine de Bordeaux propose les mêmes services, avec une visualisation cartographique des données géographiques. Mais les villes ne sont pas les seules à proposer cela : le Département de Saône et Loire a son site Opendata, et les gouvernements s’y mettent aussi, par exemple les Etats-Unis et bientôt la France avec le site data.gouv.fr. Le principe Ce sont surtout des organismes publics qui prennent ce genre d’initiative. En effet, en théorie tout citoyen a...

Read More

La ville des anonymes

Afin de continuer notre questionnement sur ce qui fait la ville, nous allons nous intéresser aujourd’hui à un article de Colette Pétonnet. Bien que datant de 1987, « L’anonymat ou la pellicule protectrice », publié dans Le temps de la réflexion III (La ville inquiète), reste d’actualité. En voici une synthèse personnelle. Cet article constitue une sorte de plaidoyer pour la ville, et surtout pour une façon « urbaine » d’analyser les rapports entre habitants. Colette Pétonnet explique en effet que beaucoup d’analystes se contentent de voir la ville par contraste (par rapport à la campagne, au village…), et utilisent pour analyser les interactions entre les habitants des notions propres à la vie en petite communauté (solidarité, entraide…). Par comparaison, la ville apparaît de fait comme inhumaine et froide. Or on peut trouver d’autres points d’entrée pour analyser la ville. L’anonymat est l’un de ces points d’entrée. L’anonymat, indispensable à la vie en ville L’espace public étant ouvert à tous, et le propre de la ville étant de regrouper beaucoup d’habitants, il est peu fréquent de se retrouver seul dans une rue très longtemps. Les flâneurs urbains se distinguent ainsi des promeneurs ruraux, qui peuvent être seuls pendant toute une journée à la campagne. D’autre part, contrairement à un village où tout le monde se connait, les habitants des villes ne font que croiser des inconnus. Ainsi les urbains arrivent à « s’isoler parmi...

Read More

Auroville

Groupes hippies prônant la liberté des moeurs ou sociétés autosuffisantes souhaitant vivre en harmonie avec la nature, de nombreuses communautés tentent ou ont tenté de montrer que l’on pouvait vivre autrement. Parmi ces expériences, Auroville a un statut particulier : basée sur des principes spirituels et écologiques, cette initiative qui a le soutien de l’UNESCO réussit à se maintenir depuis 1968. 2221 habitants au 3 juin 2011 : c’est bien moins que les 50 000 âmes que doit théoriquement accueillir la ville, mais c’est une population en constante augmentation. Qu’est-ce qui attire les Aurovilliens à Auroville ? Spiritualité et...

Read More

La ville des relations

Dans le cadre d’une conférence sur la « complexité culturelle contemporaine » qui s’est tenue ce soir à l’ENS Lyon, Ulf Hannerz, professeur d’anthropologie sociale de l’Université de Stockholm, a fait un exposé liant la vie en ville et le multiculturalisme. Je vais m’inspirer de cette intervention pour lancer une série d’articles qui tentent de « définir » la ville, ou au moins d’en donner quelques particularités. Traffic relationships Si les villes dans le monde sont toutes différentes, la vie urbaine a (au moins) une caractéristique qui se retrouve partout. En ville, le réseau de connaissances que chacun peut avoir ne couvre jamais complètement l’ensemble des habitants de la cité. Contrairement à la vie en communauté, ou dans un village, la vie urbaine est faite de rencontre avec des étrangers. Souvent les relations que l’on a alors avec ces étrangers ne sont qu’automatismes (ne pas rentrer dans la personne en face) ou politesse basique (faire a queue au cinéma), mais il y a quand même interaction. Ce sont ces relations, qui se construisent lors des itinéraires de chacun, que Ulf Hannerz appelle des « traffic relationships », et qui sont spécifiques à la ville. De la peur de l’imprévu… La ville est constituée d’une multitudes de cultures et de personnes différentes. De part les traffic relationships, ces différences ne peuvent s’ignorer, et parfois elles rentrent en conflit. En effet, ce qui est une pratique culturelle...

Read More

Archives

tendance ville sur twitter