« Le terme de « transition » signale qu’il nous faut sortir d’un état, condamné, pour accéder à un autre qui offre des caractéristiques radicalement différentes (…). La question centrale devient alors celle du chemin, des étapes et des moyens permettant de passer d’un état à un autre. » 1

La notion de transition : aller vers un monde durable, mais inconnu

L’objectif de ce blog est de documenter la « transition » telle que définie ci-dessus, en se basant sur trois constats.

  • Constat 1 : le fonctionnement actuel du monde doit / va changer

Comme l’a dit Nicolas Hulot dans un communiqué de presse le 31 juillet 2018 : « la poursuite des comportements actuels conduira inexorablement à des effondrements d’écosystèmes qui auront des conséquences tragiques sur notre économie, notre santé, notre alimentation. »

C’est là qu’intervient la notion de transition : le fonctionnement actuel du monde n’est pas « durable », et il va donc forcément évoluer (c’est même souhaitable), mais vers quoi ?

  • Constat 2 : des pistes pour entrevoir un monde durable

Qu’est-ce qu’un monde durable ? Qu’y a-t-il après la transition ? S’il n’est pas possible de le dire dès à présent, tant nous sommes dans des schémas de pensée « actuels »2, des indices existent : les initiatives citoyennes de transition. Les jardins partagés, les monnaies locales, les systèmes d’échanges locaux, les énergies citoyennes3… sont autant de briques qui permettraient de construire un monde plus juste, plus solidaire, plus écologique. Les suivre et les analyser devient alors un moyen pour aider à répondre à cette question : vers quoi doit-on aller ?

  • Constat 3 : le chemin reste à construire

Si l’on entrevoit d’autres façons de fonctionner grâce à des alternatives citoyennes, la façon de passer du système actuel à un autre plus durable reste une inconnue. Certes il existe des théories économiques – comme celle des biens communs dont relèvent beaucoup d’initiatives de transition – qui pourraient permettre de penser un nouveau système, pour l’instant cela reste à construire4.

Comprendre, montrer des exemples, faire système

Voilà, brossé à grands traits, ce que recouvre la « transition » dont on parle ici. Nous aborderons la question avec trois types de contenus :

  • Des exemples d’initiatives de transition, d’alternatives, pour nous inspirer, et montrer qu’ « un autre monde est possible », pour reprendre un slogan d’Alternatiba. Ces exemples se retrouverons dans la catégorie initiatives citoyennes.
  • Des éléments de réflexion sur la transition : en quoi l’agriculture urbaine donne-t-elle un espoir de fonctionner autrement, pourquoi la transition passe par une place plus importante des citoyennes et des citoyens dans la décision publique, etc. La catégorie idées, mais aussi des entrées thématiques – comme l’agriculture urbaine – regrouperont ces réflexions.
  • Des exemples de territoires en transition : certains villages, certaines villes se sont saisis du sujet, et montrent que l’on peut faire système, localement, avec des alternatives ; ce type de démarches peut aider à découvrir ce monde de « demain », et bien sûr ce blog s’en fera écho.

Bonne lecture du blog !


NOTES

1 Dominique Bourg, Alain Kaufmann et Dominique Méda, dans l’introduction de l’ouvrage qu’ils ont dirigé : L’âge de la transition (Les petits matins / Institut Veblen, 2016), page 10.

2 Pour une description, synthétique mais complète, de l’état actuel du système et des causes de l’inertie, voir les premiers chapitres de l’essai de Cyril Dion « Petit manuel de résistance contemporaine » paru chez Actes Sud en 2018.

3 De nombreuses initiatives sont décrites dans des ouvrages comme Le Tour de France des alternatives d’Emmanuel Daniel (Seuil, 2014) ou Les Défricheurs d’Eric Dupin (La Découverte, 2014).

4 Voir l’interview de Claire Brossaud sur les communs et le changement d’échelle des alternatives.