Les incroyables comestibles

L’utilisation de l’espace public pour jardiner, et mettre à disposition le fruit des récoltes à tout un chacun : une idée qui pouvait sembler folle… Pourtant, c’est ce que font les incroyables comestibles, avec une initiative pleine de sens et de valeurs.

Cet article s’inspire d’un travail que j’ai pu réaliser pour une présentation à l’UniPopRoc (Université populaire de Saint-Etienne) en 2016.

Les citations mises en exergue (en vert) dans cet article proviennent du livre de Pam Warhurst «Les Incroyables Comestibles » paru en Mai 2015 en co-édition Actes Sud – Colibris.

La nourriture pour relier les habitants de Todmorden…

Tout commence à Todmorden, au Royaume Uni, en 2008. La ville est touchée par la crise et la désindustrialisation. Le contexte est alors propice à la remise en cause du système économique en place, dont le poids et les effets négatifs se font fortement ressentir.

«Soucieux de l’état du monde que nous allions léguer aux générations futures, nous savions qu’il fallait trouver rapidement un nouveau mode de vie. »

Pamela Warhurst et Mary Clear, deux habitantes, ont alors souhaité recréer du lien entre les habitants de la ville, avec la volonté d’agir concrètement pour changer les modes de vie.

«Alors nous nous sommes demandé s’il était possible de trouver un langage universel, un langage qui transcenderait les différences (…) Un tel langage existe : la nourriture. »

C’est ainsi que naît le projet de permettre à tous de jardiner collectivement les espaces de la ville : au départ, un simple jardin dont les murs écroulés invitent au partage, et, petit à petit, même la police jardine l’espace public.

Des policiers à Todmorden
Source : site des Incroyables Comestibles

…et aujourd’hui on jardine partout dans le monde

Le mouvement est aujourd’hui international : des collectifs locaux des incroyables comestibles installent des bacs de « nourriture à partager » un peu partout dans le monde. La carte des implantations locales montre leur diffusion impressionnante.

Jardin des incroyables comestibles dans un parc à Metz

Le partage et la coresponsabilité sont mis en avant : il s’agit de prendre soin des plantes et de se servir librement. Mais la dimension politique n’est pas absente du discours. En effet, le mouvement des incroyables comestibles « vise l’auto-suffisance alimentaire des territoires et la nourriture saine et partagée pour tous. » (extrait de la charte fondamentale).

Un mot d’ordre : « de l’action, pas des discours »

Si la nourriture constitue le lien potentiel entre les habitants, c’est l’action, le faire-ensemble, qui devient le moyen de créer et développer ce lien.

« Finis les discours, finie l’inertie (…) il est temps d’agir. »

Et la charte fondamentale engage à agir : « Nous, Citoyens Jardiniers Solidaires, nos amis et nos sympathisants, qui voulons être nous-mêmes le changement que nous voulons voir dans le monde, nous fédérons autour d’actes simples, concrets et accessibles à tous ». Au-delà du jardinage, le mouvement porte une visée transformatrice de la société.

Une initiative qui questionne la ville… et la société

« En se réappropriant l’espace public et en le transformant en jardin potager géant et gratuit » (extrait de la charte), les incroyables comestibles montrent une autre utilisation des places et des parcs, plus engageante pour les citoyens, qui deviennent en quelque sorte co-gestionnaires de l’espace public. Cette action citoyenne sur le domaine de la collectivité n’est pas évidente, et le lien avec les institutions est parfois difficile, comme cela a été dit lors des journées nationales de l’agriculture urbaine de 2017.

Mais des partenariats existent, comme à Albi qui a organisé des journées comestibles, ou encore à Rennes. Dans ces villes, la volonté d’aller vers l’autosuffisance alimentaire devient un projet commun, et des citoyens – notamment les incroyables comestibles – y participent.